Un injecteur IN2P3 pour le LEP

En 1981 au CERN, un nouveau pas de complexité et de coût avait été franchi avec l’élaboration du projet LEP, anneau de collision électron-positon d’une énergie de 100 GeV dans le centre de masse. Du fait de ses dimensions extravagantes (avec sa circonférence de 27 km, le LEP reste avec son cousin et successeur le LHC le plus grand accélérateur jamais construit), ce projet va imposer la mise en place de nouvelles méthodes de travail collaboratives à l’échelle internationale.
Le LAL, qui avait une bonne expertise dans le domaine contrairement au CERN (puisqu’il n’y avait pas eu d’accélérateur d’électrons-positons au CERN auparavant), prit ainsi en charge en 1982 la construction de l’injecteur, le LIL. Composée de 2 linacs d’électrons en cascade avec une cible de tungstène placée entre les deux pour la production des positons, cette réalisation d’environ 100 m de longueur est livrée clef en main en 1985 et testée dès 1986, mobilisant une trentaine de personnes au LAL pendant 5 ans sous la direction de François Dupont.
En 1988, le tunnel du LEP sera finalisé puis les 5176 aimants et 128 cavités d’accélération installés. Le premier faisceau circulera dans le collisionneur le 14 juillet 1989. Après la fermeture du LEP en 2000 (alors qu’il avait atteint 209 GeV suite à sa rénovation), le LIL sera utilisé jusqu’en 2016 pour la R&D sur la technologie 12 GHz du Collisionneur LInéaire Compact (CLIC) dans l’installation CTF3.

About Author


admin_in2p3