Vers des linacs ultra-puissants

L’entrée dans le XXIéme siècle est une période cruelle pour la communauté accélérateur française, qui subit coup sur coup les fermetures du LNS (1997), de SARA (1998), puis du Vivitron et du LURE (2003). Les équipes IN2P3 et CEA vont néanmoins rebondir et initier un programme de R&D ambitieux pour le développement d’accélérateurs linéaires (linacs) de nouvelle génération, capables de produire des faisceaux continus de protons de l’ordre du GeV avec des puissances de l’ordre du MW. Les applications envisagées sont en effet nombreuses: ‘usines’ à neutrinos ou à muons, usines à ions radioactifs, sources de neutrons intenses, incinérateurs de déchets nucléaires…
Ce programme de R&D commun CEA/IN2P3 s’oriente très vite autour de 4 axes principaux: sources et injecteurs, avec le lancement du projet IPHI (Injecteur de Protons à Haute Intensité) dès 1997 à Saclay; résonateurs supraconducteurs ‘bas-bêta’, avec la réalisation en 2002 des tout premiers prototypes de cavités ‘spoke’ à Orsay; cibles de spallation de forte puissance, avec l’expérience Megapie en 2006 auprès du cyclotron de PSI de 1MW (le plus puissant accélérateur de l’époque); physique des faisceaux intenses et R&D axée fiabilité, afin d’assurer une maitrise parfaite de ces faisceaux capables de trouer une chambre en vide en moins d’une milli-seconde…! Ces développements permettront la naissance de nombreux projets d’envergure dans lesquels l’IN2P3 et le CEA joueront un rôle de premier plan (SPIRAL2, IFMIF, MYRRHA, ESS, PIP-II…).

About Author


admin_in2p3